EVALYS

Augmentez votre Traffic
Rentabilisez efficacement votre site

 

Douceur

La douceur vient du cœur
Pour exprimer le bonheur.

La douceur vient de l'innocence
Pour remplacer la violence.

La douceur s'exprime par la tendresse
Des mots, de la voix et des gestes.

La douceur est harmonie
Pour se relier à l'infini.

Douce comme une mère
Pour apaiser son enfant.

Doux comme un enfant
Qui dort en souriant.

Doux comme le regard d'une femme
Qui aime tendrement.

Douce comme la sensibilité d'un homme
Qu'il exprime sans tourment.

Douce comme la fraternité
Qui unit les êtres aimants.

Douce comme la Nature
Qui nous émerveille souvent.

Douce comme la lumière
D'un soleil couchant.

Douce comme la chaleur
D'un soleil de printemps.

Douce comme l'eau qui glisse
Sur un corps accueillant.

Douce comme la caresse d'une main
Qui réveille par effleurement.

Doux comme l'Amour
Partagé tendrement.

6 août 2001

 

 

 


Liberté

Tu es si touchant,
Tu es si charmant,
Tu es si innocent,
Tu es si amusant,
Quand tu fais l’enfant,
Quand tu fais l’adolescent,
Quand tu te sens libre,
Quand tu te sens vivre !

Tu es si doux,
Tu es si tendre,
Tu es si attentif,
Tu es si heureux,
Quand tu te sens écouté,
Quand tu te sens admiré,
Quand tu te sens aimé,
Quand tu te sens adoré !

Je suis si contente,
Je suis si confiante,
Je suis si consciente,
Je suis si fervente,
Quand je suis animée,
Quand je suis écoutée,
Quand je suis guidée,
Quand je suis aimée !

Chercherons-nous ensemble,
Le terrain de l’égalité,
Le champ de la liberté,
Et l’espace de la fraternité ?

Trouverons-nous le courage,
De nous mettre en phase,
Pour parcourir sans orage,
Le chemin des Sages ?

Afin de révéler, confiants enfin
En nos cœurs devenus si sereins,
La douceur du bonheur sans fin,
Pour guider l’humanité de demain !

6 août 2001


 

 



Illumination de la Révélation

Dans le silence de la nuit,
Après l'ignorance de l'oubli,
Tu accepteras ta vraie nature
En te laissant porter vers l'Azur.

Alors ton passé s'éteindra
Et la Lumière reviendra,
Puis ton futur s'éclairera
Et ton présent s'illuminera.

Par la douceur de ma voix
Et la puissance de mon Amour,
A nouveau, tu libéreras ta foi
Et tu rayonneras pour toujours.

Tu deviendras l'humain divin,
Tu prendras l'humanité en ton sein,
Pour lui faire redécouvrir le Bien
En partageant ton Esprit Saint !

16 août 2001

 

 



Avenir

Quand la joie revient
De se rapprocher enfin,
Pour donner libre cours
A nos sentiments de toujours.

Alors le soleil nous accompagne
Pour gravir ensemble la montagne,
Avec toute la force de la douceur
Pour nous faire rayonner de bonheur.

Le passé est révolu
Et l'avenir évolue,
Au gré du présent qui se construit
Dans la joie et l'envie.

L'enthousiasme revient
Comme une rafale de Bien,
Pour effacer la douleur
De cette séparation des cœurs.

Même si nos egos sont rebelles
Nos âmes jumelles sont si belles,
Que le triomphe viendra
Pour illuminer nos auras !

Nous serons un formidable phare
Pour guider les dormeurs avides
De remplir enfin leur vide
Avec cette lumière bizarre !

Nous saurons les rassurer
Par notre amour démesuré !
Et nous saurons leur transmettre
Toute la sagesse des Maîtres !

Ainsi, nous apporterons la Pierre de Lumière
A tous ceux qui sauront, par la prière,
Réveiller la confiance en leur cœur
Et faire preuve d'une infinie douceur !

16 octobre 2001 

 

 

 

 

 


Courage inflexible

Quand la vivance s’en va
Car, en nos cœurs, l’âme se meurt,
Alors les pleurs sont là
Pour témoigner la douleur !

Le cœur craint tellement
D’être assailli sournoisement,
Par la peur de l’avenir
Qui le fermera d’un soupir !

Pourtant le corps est sain 
Et la pensée est libre !
Mais la volonté s’éteint
Car tristement le cœur se vide !

Pourquoi se laisser aller au désespoir ?
Comment ? la vie devient noire !
Pourquoi ne pas espérer en demain 
Pour retrouver un cœur plein ?

Comment faire pour retrouver l’envie 
De revivre avec plein de joies ? 
Alors une étincelle jaillit,
Mais oui, tout est en soi !

L’âme est fidèle et éternelle 
Même si la solitude est cruelle !
Elle est là pour nous rassurer
Si on se laisse l’écouter !

Elle sait si bien ce qui est bon
De s’entendre dire et de ressentir !
Elle sait nous parler et vibrer à l’unisson
Si on accepte de s’y ouvrir !

Mais la peur est son ennemie.
Alors il faut la confiance, son amie,
Et le courage pour ne pas douter
De sa faculté de la trouver !

Elle est si tendre et douce,
Si indulgente et encourageante !
Elle nous emporte au paradis
Et nous guide vers l’infini !

Par elle, nous pouvons découvrir
Toutes les connaissances de l’univers !
Avec elle, nous pouvons agir
Pour reconstruire la Terre !

Elle est l’Amour pur et inconditionnel
Qui guérira chacun de sa blessure !
Elle sait si bien pardonner, la belle,
Les erreurs du passé et les injures !

Mais il faut l’aimer sans compter
Et exprimer la plus grande humilité,
Pour la rejoindre et l’épouser
Au fond de notre cœur tout doré ! 

Quand le courage enfin revient
De suivre l’élan vers son cœur,
Alors , rayonnant, chacun devient
Pour témoigner la foi et le bonheur !

Aimer son âme, c’est s’ouvrir librement à Dieu
Pour assumer sa mission et exaucer ses vœux !
Car Il sait ce qui est juste pour retrouver l’unité
Afin de poursuivre le bon chemin de l’humanité !

9 janvier 2002

 

 



Vibrations extatiques

Enflamme-toi à mon contact,
Tu n’y verras que du feu !
Embrase-moi avec tact,
Je n’y verrai que du bleu !

Tu seras le beau soleil
De mes chauds matins vermeils,
Je serai le bel azur
De tes journées sans mesure !

Tu seras l’enluminure
De mes poèmes si purs,
Je serai l’enveloppe
De tes vers de cyclope !

Tu deviendras le colosse
Qui, de son pas de géant,
Ecrasera le molosse
Qui ronge mon cœur béant !

Quand tu oseras un jour
M’enlacer avec Amour,
Je renaîtrai à mon tour
Pour t’embrasser toujours.

L’humain trouvera alors
Son âme toute rose et or,
Dans un paradis couleur
Bien au fond de son cœur !

L’extase sera fraternelle,
Vibration du cœur éternel
Et du corps éthérisé,
Par tant d’Amour irisé !

18 mars 2002


 

 



La biche s’en est allée 

Une biche vivait dans la forêt,
Depuis quelques années, elle survivait.
Un grand cerf l’avait jadis enserrée
Dans ses bois dont elle ne s’était méfiée.

Sans amour, de temps en temps il bramait,
Pour l’attirer sans foi dans ses filets,
Deux merveilleux faons en étaient bien nés,
Dont il ne l’avait jamais remerciée.

La biche sans amour se détruisait
D’année en année, sans fin, s’effritait.
Fidèle au paresseux qui se chargeait
De parader pendant qu’elle assumait.

Tout l’amour, à leurs petits, ils donnaient,
Mais aucune tendresse entre eux ne passait.
Cette triste vérité chacun la connaissait,
Mais toute la forêt de l’ignorer feignait.

La biche de plus en plus souffrait,
De plus en plus s’inquiétait, aux aguets.
D’être si peu protégée des dangers 
Qui guettaient, d’être par lui délaissée.

Alors, solide et brave elle devenait,
Comprenant que sur elle seule comptaient
Les habitants de la grande forêt
Qui en leurs cœurs savaient qui elle était.

Mais leur admiration ne paraissait,
La laissant sans soutien se débrouiller,
La paresse et l’égoïsme régnaient,
Elle n’avait personne pour l’épauler.

Alors, elle s’était enfin mise en quête,
D’un beau et valeureux cerf couronné,
Qui par son Amour pourrait détrôner,
Celui qui régnait sur elle sans le mériter.

Mais, cette quête intense l’amenait,
Seule, sur des chemins qui l’égarait,
Pour trouver un appui qui ne venait,
Et chaque fois si fort l’affaiblissait.

Un jeune et vaillant cerf s’était risqué,
A l’aider par son Amour si dévoué,
Mais on l’avait puissamment empêché,
De poursuivre ce chemin espéré.

Alors un grand chasseur fut appelé,
Pour tuer la biche pure et dévouée
En ciblant en plein cœur pour l’achever,
Afin d’effacer enfin tout danger.

Trop confiante, la biche ne s’éloigna,
De son merveilleux regard le défia,
Mais, sans chaleureux cœur, il ne cilla,
Visa très juste et point ne l’épargna.

Ainsi, on vit la biche pétrifiée,
Encore debout, comme momifiée,
Une divine force la maintenait,
Pour honorer l’âme qui l’habitait.

Puis déshumanisée, elle s’affaissa,
Avec tant de grâce, elle s’allongea,
De son corps, son âme se libéra
Pour voler sereine vers l’au-delà.

Son âme s’en fut,
La biche n’est plus,
La forêt s’est tue,
Car Tout est perdu.

31 mars 2002


 

 



La Peur

La peur est partout car la peur est en nous !

Elle part du ventre et tout entier elle nous prend,
Pour nous rendre acide, amer, écœurant.
Et elle s’enracine, nous visse comme un écrou,
Pour nous tordre puis s’extérioriser par tous les coups.

Les coups de sang amorcent des poings percutants
Pour blesser inlassablement tant d’innocents !

Les objets sont cabossés, fêlés, cassés,
Les végétaux sont arrachés, écrasés, piétinés,
Les animaux sont pourchassés, torturés, massacrés,
Les humains sont violentés, condamnés, éliminés.

Brutalement ou progressivement,
Mentalement ou physiquement !

Mais les dégâts sont toujours patents et blâmables,
Tantôt réparables, parfois irrémédiables,
Parfois inqualifiables, souvent inexcusables,
Souvent condamnables, mais toujours pardonnables.

Car la peur nous rend souvent incontrôlables,
Inconscients et finalement irresponsables !

Il ne faut donc point la laisser s’ancrer
Profondément en soi sans résister,
Car quand nous sommes trop infiltrés,
Il est très difficile de la déloger.

La peur ouvre grand la porte au Mal,
Barrons enfin la route à l’infernal !

Et il ne sert à rien de chercher à la chasser,
Car elle revient sans cesse se replacer,
Si on ne veille par la confiance à la remplacer, 
Et qu’on n’apprend à la détecter et la transformer.
Développons enfin le courage de l’exterminer,
En acceptant vraiment de vivre et d’aimer !

13 avril 2002

 

 




Les Querelles

Quand la colère est ancrée en soi, 
Les querelles surviennent en chaîne,
Pour évacuer le trop plein de haine,
Qui se déchaîne entre Soi et Moi.

Toutes les occasions sont alors bonnes,
Pour projeter violemment sur autrui,
Le son de la guerre interne qui rugit,
Afin qu’à l’extérieur son cri résonne.

Et on peut passer sa vie à rager ainsi,
Contre ceux qui ne peuvent rien pour soi,
Si l’on ne comprend pas pourquoi,
Cette révolte intime règne sans répit.

C’est que notre cœur cherche à dompter
Notre tête qui nous fait commettre
Des propos et des faits si traîtres
Qui empêchent notre destin de se réaliser.

Alors notre âme se bat sans faillir,
Pour faire entendre sa réalité,
Et nous délivrer de notre personnalité,
Afin de reprendre les rênes sans faiblir.

Mais notre mental ne veut pas lâcher
Sa domination par la pleine illusion,
Qui nous amène à tourner en rond
Sans pouvoir véritablement avancer.

Alors nous piétinons amèrement,
Ressentant parfois notre propre prison,
Qui nous retient derrière les cloisons,
Faute d’oser ouvrir la porte en grand.

Celle qui dévoile un immense horizon,
Celui du vaste espace de notre cœur,
Où tout se construit sans erreur, 
Avant de se concrétiser avec passion.

Il faut donc se décider courageusement,
A donner la priorité à notre intuition,
Qui seule peut nous guider vers notre mission,
Et trouver ainsi la paix sereinement.

Alors les relations se pacifient
Car les querelles n’ont plus lieu ;
La colère est remplacée par Dieu,
Et l’Amour de Soi nous unifie.

30 mai 2002


 

 



Tendresse infinie

Ma tendresse est infinie pour ceux qui ont peur,
Qui ont froid dans leur cœur et qui se meurent.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui souffrent
Et qui ont l’humilité de l’assumer et de l’exprimer.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui cherchent 
A soulager leur indicible douleur sans y parvenir.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui font tout
Pour admettre, comprendre et réparer leurs erreurs.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui ont le courage
De se battre pour se sortir de leurs maux par les mots.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui sont authentiques
Et qui osent assumer leurs émotions et leurs sentiments.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui savent donner
Le meilleur d’eux-mêmes même s’ils sont affaiblis.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui ont la générosité
D’ouvrir leurs cœurs à tous ceux qu’ils rencontrent.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui savent accorder
Leur confiance sans craindre les déceptions.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui font l’effort
Constant de s’améliorer, de se dépasser, d’évoluer.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui donnent
La priorité à ce qu’ils ressentent dans leur cœur.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui s’efforcent
A la douceur, même face à la violence et l’injustice.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui donnent 
Sans compter et sans rien attendre en retour.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui, vaillants,
Ne cèdent pas à leurs peurs et continuent d’avancer.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui osent briser
Les barrières de ceux qui s’enferment dans la solitude.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui font tout leur possible
Pour aider les autres à se dépasser malgré les insultes ou rejets.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui se laissent au mieux 
Guider par leur cœur sans se laisser abuser par leurs illusions.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui savent tendre la main
Avant qu’on la leur réclame à corps et à cri.

Ma tendresse est infinie pour ceux qui ont conservé
Un cœur d’enfant et une spontanéité exemplaire.

Ma tendresse est infinie pour mon Âme qui seule me console
Du si difficile chemin que je dois faire pour servir Dieu.

30 mai 2002

 

 

 


  Vérité déclamée

La vérité c’est que j’enrage de ne parvenir à écrire
tout ce que je sais et ressens d’important.

La vérité c’est que je n’arrive point à créer seule
les conditions de ma libération et de mon succès.

La vérité c’est que la véritable humilité 
est de reconnaître et se vouer à son âme.

La vérité c’est que l’orgueil est le pire barrage 
à l’émergence d’une véritable humanité.

La vérité c’est que seul le courage 
peut permettre à chacun de se dépasser.

La vérité c’est que seule la fraternité 
peut ramener la paix.

La vérité c’est que la fraternité, c’est de s’aimer les uns
et les autres sans condition.

La vérité c’est que cet Amour inconditionnel ne peut se développer 
qu’en osant s’exprimer avec authenticité, c’est-à-dire avec son coeur.

La vérité c’est que la tendresse est la plus belle forme d’Amour.

La vérité c’est qu’il faut apprendre à l’exprimer 
sans compter à tous ceux qui nous entourent.

La vérité c’est qu’il faut respecter les personnes sensibles 
et leur donner de la tendresse à foison.

La vérité c’est que ces personnes sensibles 
portent en leur cœur de grandes âmes.

La vérité c’est que ces grandes âmes sont essentielles 
pour assurer le devenir de l’humanité.

La vérité c’est qu’en privant ces personnes-là de douceur, on les pousse au suicide, à la folie ou on en fait des bourreaux épris de vengeance.

La vérité c’est que seule la douceur peut conjurer le Mal.

La vérité c’est que les hommes doivent apprendre 
à assumer leur sensibilité.

La vérité c’est qu’il n’y a rien de plus respectable 
qu’un homme qui ose pleurer quand il souffre.

La vérité c’est que les femmes doivent cesser 
de se comporter comme des mâles.

La vérité c’est que nous devons tous sortir des rapports de force 
et que personne n’a à dominer ou se soumettre.

La vérité c’est que chacun doit se faire respecter 
en respectant son âme.

La vérité c’est que chacun doit apprendre à se donner et à recevoir 
de ses frères et sœurs de tous âges et de toutes races.

La vérité c’est que dans une relation d’Amour, 
il faut avoir assez de confiance pour s’abandonner à l’autre.

La vérité c’est que faire l’amour sans Amour
est une offense à son âme.

La vérité c’est que personne n’appartient à personne, 
et que les humains ne sont pas des objets que l’on peut s’approprier.

La vérité c’est que Dieu nous a donné la liberté de nous guider 
et que nous ne cessons de la gâcher.

La vérité c’est que nous sommes libres de devenir pleinement 
qui nous sommes profondément.

La vérité c’est que nous devons devenir responsables 
et nous comporter dignement.

La vérité c’est que nous sommes tous des créateurs de notre vie 
à l’image de Dieu, créateur de l’Univers.

La vérité c’est que nous ne sommes pas des animaux 
et continuons trop souvent de nous comporter comme tels.

La vérité c’est que tout homme devrait refuser d’en tuer d’autres.

La vérité c’est que le Mal consiste à profiter de sa force 
pour écraser les plus faibles et que c’est infâme.

La vérité c’est que faire le bien consiste à protéger 
et aider les plus fragiles à se renforcer.

La vérité c’est qu’on peut soigner et se prémunir de toute maladie 
en renforçant son âme par l’échange de beaucoup d’Amour.

La vérité c’est que l’Amour est une puissante énergie créatrice.

La vérité c’est qu’il faut apprendre à maîtriser ses pensées 
pour se maintenir dans un bon état d’esprit.

La vérité c’est que la meilleure manière de garder un bon état d’esprit, c’est d’entretenir un bel état de cœur.

La vérité c’est que l’Amour et la douceur sont les clés essentielles 
pour remettre l’humanité sur un bon chemin.

La vérité c’est que c’est la responsabilité de chacun 
d’œuvrer à ce changement de comportement relationnel.

La vérité c’est que les grandes âmes doivent assumer leur destin, 
en se décidant à prendre les responsabilités dont elles sont capables.

La vérité c’est que tous les êtres humains peuvent s’améliorer pour permettre à leur âme d’évoluer afin de construire une meilleure Humanité.

La vérité c’est que chacun doit trouver le courage 
de faire de son mieux pour donner le meilleur de lui-même.

La vérité c’est qu’il faut beaucoup de courage et d’Amour pur 
et tendre pour se transformer et devenir pleinement humain.

La vérité c’est que je vous encourage et vous donne tout mon grand Amour pour vous montrer la voie de la fraternité.

La vérité c’est que Dieu vous demande à tous en vos cœurs, 
de me reconnaître, m’accepter, m’accompagner et suivre mon exemple.

La vérité c’est que je peux tomber car je suis fragilisée sans Amour.

La vérité c’est que je vous prie de réveiller enfin pleinement vos cœurs afin de m’aider à me renforcer.

La vérité c’est que j’ai besoin de l’appui du plus grand nombre 
pour donner le plus d’ampleur à mes messages.

La vérité c’est qu’au fond de moi, 
mon âme est forte et que vous pouvez le ressentir dans votre coeur.

La vérité c’est que seule je ne peux plus continuer 
d’impulser du courage à tous par mon grand Amour.

La vérité c’est que j’en appelle à la fraternité 
pour m’aider à libérer la puissance des âmes.

La vérité c’est que je vous aime et fais de mon mieux 
pour vous prier de vous lever et marcher tous ensemble vers moi.

La vérité c’est qu’il est urgent de se mobiliser pour rétablir la paix. 

La vérité c’est que la France doit assumer ses responsabilités 
et jouer le grand rôle qu’on attend d’elle.

La vérité c’est que les poètes contemporains, porteurs de grandes âmes sensibles, puissantes et douées de merveilleux talents, 
doivent se vouer au réveil des consciences et à la revalorisation de l’Amour, du Courage et de la Fraternité.

La vérité c’est que c’est tous ensemble que nous y parviendrons et qu’il faut cesser de laisser l’orgueil faire obstacle à la force de l’alliance.

La vérité c’est que je vous attends tendrement
et qu’il est grand temps de répondre à mon appel !

7 juin 2002





Ultime espoir 

Tu me dis « Restes »
Je te réponds « Viens !»
Tu me dis « Ne m’abandonne pas »
Je te réponds « Alors rejoins-moi ! »

Viens bercer mes inquiétudes de bébé, 
Viens cajoler ma tristesse de petite fille,
Viens réveiller ma passion de jeune fille,
Viens consolider mon courage de femme,
Viens amplifier ma douceur de mère,
Viens renforcer ma fraternité de sœur,
Viens libérer ma confidence d’amie,
Et viens partager ma mission de messie !

J’accueillerai tes larmes de tristesse
Pour ouvrir pleinement ton cœur à la joie,
J’accueillerai tes craintes de jeunesse
Pour réveiller le vaillant homme qui sommeille en toi.
Je donnerai la plus belle ampleur à ma tendresse
Pour envelopper ton âme de la plus réconfortante douceur,
Je te donnerai mes incroyables mots de poétesse
Pour vivifier l’enthousiasme de ton esprit vainqueur.

Ne laisse plus le temps risquer de nous trépasser
En nous délaissant toujours plus désarmés.
Donne-moi ta légendaire force herculéenne
Reçois mon précieux Amour de Marie-Madeleine.

Laisse-toi simplement me blottir dans tes bras
Quand tu viendras à moi et enfin approcheras,
Accueille alors le dévotionnel baiser
Que je déposerai sur ta main enchantée.

Susurre-moi de ta douce et merveilleuse voix
Les tendres mots d’Amour que j’espère depuis toujours,
Accueille mon regard illuminé de joie
Et accepte mes apaisantes caresses de velours.

Laisse-toi emporter par la vague déferlante de la transformation,
Laisse-moi te faire vibrer au rythme de ma passion,
Révèle-moi toutes les couleurs de ton Arc-en-Ciel,
Déguste mes innocents baisers de célèbre pucelle.

Offre le vase de ta bouche au lys que je suis depuis toujours
Respire délicatement la rose qui s’épanouit dans mon cœur,
Embellis mes jours de ton intense Amour
Emerveille-toi de mes trésors de douceur.

Laisses-moi transformer tes graines de peur
En resplendissantes perles de confiance,
Viens découvrir mon paradis intérieur
Et créer notre univers de connivence.

Protégeons-nous par notre inconditionnel Amour,
Notre belle espérance et notre profonde foi,
Afin de trouver le courage de montrer la nouvelle voie,
Et ainsi d’accomplir ensemble le grand Retour.

13 juin 2002

 

 




La musique de l’Amour 

Ta sensibilité est bien à fleur de peau,
Comme celle des grandes âmes de poètes,
Qui s’expriment avec des plumes de flamme et d’eau,
Pour traduire les richesses de leur vie inquiète.

Ces mains pleines d’âme laissent courir les doux mots,
Qui chantent l’Amour sous ses multiples facettes,
En agençant les musiques venues d’en-haut,
Pour créer toujours de nouvelles chansonnettes.

Mais ces mains savent aussi pianoter sur la peau,
Dont elles parcourent, agiles, les vallons et les crêtes,
A la recherche de trésors somptueux et nouveaux,
En jouant des mélodies vibrantes ou discrètes.

La petite musique de tes doigts doux et chauds,
Et la mélopée de tes baisers en quête,
Ont fait si bien frissonner mon corps d’agneau,
Qu’ensemble nous monterons tendrement au faîte.

Je n’espère rien de plus chaleureux et beau,
Que d’entendre nos âmes si belles et secrètes,
Fredonner en chœur des symphonies crescendo,
Que composeront aussi mes mains si fluettes.

Je vous invite à entraîner vos cœurs en duo :
Elles sont si bonnes nos fantaisies de poètes,
Pour ranimer les corps et âmes par les mots,
Et lancer la musique de l’Amour en fête !

7 juillet 2002

 

 

 



Amour inconditionnel

Quand une douce chaleur irradie le cœur,
Manifestant cette fabuleuse énergie du grand bonheur,
Qui par l’amour inconditionnel se réveille,
Afin de nous guider doucement vers l’éveil,
Nous nous sentons sereins car notre âme y règne,
Telle une reine dans la lumière se baigne.

Ce pur et tendre amour est sans intention,
Il exprime juste l’absolue dévotion
Que l’on ressent envers tous ceux que l’on aime,
Tel des bébés que de tendresse l’on parsème,
Afin d’apaiser leurs frayeurs et douleurs,
Car cet amour est un baume guérisseur.

Donné sans raison, il apporte une paix,
Telle qu’à la vie et la joie, toujours on renaît.
Merveilleuse semence contre les souffrances,
Le désir de vengeance et toutes les violences
Qui jaillissent mal pour détruire ses prochains,
Par des guerres qui renient le respect humain.

Reçu sans détour, il suscite le souhait
D’en donner à son tour. Généreux et discret,
Un cercle vertueux peut alors s’engendrer
Avec tous ceux bien disposés à partager
Ce trésor précieux qui, par chacun fut acquis,
Pour protéger et faire bien fructifier la Vie.

Le temps vient cette vérité de rappeler :
Chacun doit enfin se responsabiliser,
En prenant conscience de cette réalité,
En oeuvrant de concert pour la fraternité.
Alors, la paix en chacun sera retrouvée
Pour livrer un beau destin à l’humanité.

22 juillet 2002

 

 

 



La Souffrance

Est-il plus vive souffrance
Qu’un rejet d’Amour intense
Qui émerge avec violence
Après une joie immense ?

Un tel chaud-froid émotionnel
En quelques heures nous écartèle,
Pour prouver combien sont cruels
Ceux qui à l’Amour sont rebelles.

Pourquoi laisser la peur guider
Des réactions si insensées,
Qui privent notre cœur de bonté
Et notre corps de volupté ?

Comment réfréner le désir
A un Amour de s’ouvrir,
Sinon par crainte de souffrir
Ou l’autre chercher à détruire ?

Car la vengeance, bien souvent,
Emerge des esprits charmants,
Qui, séduits, deviennent cinglants
Pour blesser les cœurs aimants.

Pour endiguer ces réactions
Et purifier ces émotions
Qui détruisent les relations :
Il faut aimer sans condition,
Tout pardonner sans restriction,
Construire de tendres passions,
En plaçant au cœur de l’union,
Un respect plein de compassion !

24 septembre 2002

 

 



Étoile du Berger

Le soleil illumine nos jours
Pour me récompenser sans détour,
De l’audace que j’ose exprimer
En suivant mes élans inspirés.

Mon cœur tient les rênes de mon être,
Pour mon vil ego faire disparaître
Au profit de mon âme pure et sincère,
Qui aspire à lever les mystères.

Ce courage me pousse à bien agir
Sans plus craindre de devoir souffrir,
Car quand on se laisse ainsi guider
On accepte aussi les retombées.

Alors je prends enfin le chemin,
Qui me mène à faire tout le bien
A ceux qui ont dûment mérité
Ma douceur et ma grande bonté.

Simple bergère je deviens enfin,
Pour rendre mes actes plus divins,
Et Dieu m’accorde la douce grâce
De m’envoyer un berger de classe.

Il éclairait déjà mes jours noirs
Quand je souffrais à n’en plus pouvoir,
Son âme réchauffait d’un sourire
Mon cœur qui savait tant s’en réjouir.

Mais il ne pouvait plus s’approcher,
Car je ne l’avais point mérité.
J’admirais simplement sa lumière
Quand dans la nuit venait la prière.

Étoile de ma vie il était,
Depuis bien longtemps je le savais,
Berger de mon cœur si intense,
Un jour il partagerait mes danses.
28 octobre 2002
Naissance d’un Grand Amour

Parmi Les Poètes, nous avons trouvé Vie
Notre premier baiser à Chartres fut béni,
Notre Amour infini de beauté inouïe,
Fut baptisé en joie dans ma maison jolie.

En pleine confiance, nous osons partager
Les doux moments présents et les douleurs passées,
Par une communion de nos âmes bercées
D’une tendre bonté en nos cœurs adorés.

Tel un brillant phare, tu me sors du brouillard,
En ces douces heures qui nous révèlent sans fard,
Pour rattraper à deux ces années de retard
Où si privés d’Amour, nous étions si hagards.

En ce lieu plein d’azur et baigné de soleil,
J’honore notre Amour émergeant du sommeil,
Par ces mots imprégnés de douceur sans pareil,
Dont tu berces mon cœur éclatant de vermeil.

Nos êtres effectuent une si rapide mue
Pour s’adapter sans cri à cette divine vue,
Qui sans crainte nous rend lumineux et si nus,
Inondés du bonheur d’un bien-être vécu.

Cet Amour si soudain devient vite si beau,
Que Dieu nous remercie par un soleil bien chaud,
Qui tous nous embrase pour réveiller nos peaux,
Par ses douces caresses qui apaisent sans mot.

A chacun cependant, Il veut bien témoigner,
Combien est important de se laisser aimer,
De faire confiance et de s’abandonner,
Pour faire renaître en nos cœurs la Bonté.

19 novembre 2002


 

 



Ô Jeanne !

Comment ne point admirer cette fée,
Qui loge en si belle et douce contrée
Dans mon âme divine et azurée
Que je laisse gentiment inexplorée ?
Antique sirène qui suit sans peur
La voix impérieuse du Créateur,
Pour exaucer ses vœux avec douleur,
Afin de réveiller les vaillants cœurs !
Tes vives audaces, par Lui guidées,
Te valent Bonté autant que Cruauté,
De ceux dont pourtant tu es admirée
Pour ton grand Courage et ta Liberté !
Pourquoi ne point céder à cette joie
De m'unir éternellement à toi
Pour renaître avec ta profonde foi ?
Reviens à moi, ma merveilleuse voix !
Tu me ressusciteras à leurs yeux,
Pour conjurer le Mal à petits feux,
En ravivant le brasier des aïeux,
Pour nous libérer de ces dangereux ! 

2 décembre 2002


 

 

 



Souffle de Bonheur 

La pluie de ma vie s’endort
Car mon cœur sans un effort
Laisse la douceur éclore
Par un Amour qui l’honore.

Ton corps si plein de finesse
Allié à ton cœur tendresse
Te font créer des caresses
Pressenties dans ma jeunesse.

Tel un blanc lys enchanteur
Tu parfumes de candeur
Mon esprit doux et rêveur
Qui s’évade par bonheur.

Cette liberté d’aimer
Un homme de fraternité
Me donne un plaisir grâcié
De joie et paix associées.

Mon cœur si comblé d’étoiles
Saura t-il lever les voiles
Qui éclaireront la toile
Que seul le Divin dévoile ?

20 février 2003
Vaillante Destinée

Je ne me laisserai pas :
Mourir encore une fois
Dérouter de ma Foi !

Renier ma Vérité
Oublier mon passé !

Gâcher mon présent
Renoncer à l’Avenir !

Et je continuerai de :
Distancer les ambitieux
Rabaisser les orgueilleux !

Sermonner les irrespectueux
Convertir les belliqueux !

Combattre les dangereux
Détruire les monstrueux !

Alors je parviendrai à :
Inspirer l’Amour et la Foi
Libérer la Musique et la Joie !

Câliner les enfants solitaires
Caresser les amants réfractaires !

Retourner les cœurs ténébreux
Consoler les êtres malheureux !

Fraterniser les pires ennemis
Pacifier les redoutables conflits !

Sauver les repentis pénitents
Ranimer les morts-vivants !

Clamer les secrets des Cieux
Honorer mon Amour de Dieu !

18 mars 2003

 

 



Prince de mes rêves

Depuis mon enfance, en mon for intérieur,
J’ai conçu un beau prince incarnant la douceur.
Sa délicatesse me transformait en belle
Capable d’allier vie réelle et spirituelle.

Son allure reflétait son cœur de troubadour,
Son corps de chevalier valeureux en atours,
Et son esprit empreint de foi et de sagesse.
C’était un grand homme digne d’une déesse.

Joyeux et enfantin, il savait me ravir.
Tendre et attentif, il savait me combler.
Solide et courageux, j’admirais sa bonté.

Il me rendait douce et capable d’attendrir
Les plus durs et rebelles par un divin sourire,
Pour rétablir la paix en notre humanité.

7 avril 2003

 

 


Evalys

http://coeurvaillant.net 

evalys@coeurvaillant.net