GASTON COUTE


La Chanson du Gui 

Le soir étend sur les grands bois 
Son manteau d'ombre et de mystère ; 
Les vieux menhirs, dans la bruyère 
Qui s'endort, veillent et des voix 
Semblent sortir de chaque pierre. 
L'heure est muette comme aux temps 
Où, dans les forêts souveraines, 
Les vierges blondes et sereines 
Et les druides aux cheveux blancs 
Allaient cueillir le gui des chênes. 

Réveillez-vous, ô fiers Gaulois, 
Jetez an loin votre suaire 
Gris de la funèbre poussière 
De la tombe et, comme autrefois, 
Poussez votre long cri de guerre 
Qui fit trembler les plus vaillants, 
Allons, debout ! brisez vos chaînes 
Invisibles qui vous retiennent 
Loin des bois depuis deux mille ans. 
Allez cueillir le gui des chênes. 

Barde, fais vibrer sous tes doigts 
Les fils d'or de la lyre altière, 
Et gonfle de ta voix de tonnerre 
Pour chanter plus haut les exploits 
Des héros à fauve crinière 
Qui, devant les flots triomphants 
Et serrés des légions romaines 
Donnèrent le sang de leurs veines 
Pour sauver leurs dieux tout puissants 
Et le gui sacré des grands chênes. 

Envoi : 

Gaulois, pour vos petits-enfants, 
Cueillez aux rameaux verdoyants 
Du chêne des bois frissonnants 
Le gui aux feuilles souveraines 
Et dont les vertus surhumaines 
Font des hommes forts et vaillants. 
Cueillez pour nous le gui des chênes. 

Grand’mère Gateau 

J’ai s’coué les rein’s-chaud’ du peurgnier
Pour les ramasser su’ la mousse ;
J’ai fait
guerner les perles douces
Des groseilliers dans mon pagnier ;
Pis j’ai renvarsé queuqu’s bounn’ liv’es
De suqu’er blanc su’ les fruits clairs
Qui cuis’nt dans ma cassine en cuiv’e
Et v’là d’la
lichad pou c’t’hiver !
 
Ah ! les bell’s confitur’s varmeilles !
J’en ai aux peurn’s et aux grosseilles
C’est pou’ les p’tiots
Quand c’est qu’i’s vienront vouér leu vieille
 
Grand’mèr’ gatieau !
 

Quand c’est qu’i’s ont ben tapagé

Ou ben raconté des histouéres,
Les p’tiots guign’nt le fin haut
d’l’ormouère
Plein d’pots d’confitur’ ben rangés,
Et i’s dis’nt « grand’mère on te le jure,
On a grand faim, on mang’rait ben »
Mais i’s lich’nt tout’s les confitures
Sans fer’ de mal à leu’ bout d’pain ! 

Si je tourne l’nez de d’ssus eux,
Les brigants, grimpés su’ eun’ chaise,

S’bourr’nt de confitur’s à leu-z-aise
Et s’en embarbouill’nt jusqu’aux yeux.
Alors et c’est eun’ chous’ qui m’brise,
Mais c’est pou’ qu’i’s ne r’commenc’nt pus !
Faut que j’corrig’leu’ gourmandise
Par eun’bounn’
ciclé  su’ leu’ cul ! 

Si j’les cicle, ces entêtés
Braill’nt coumm’ des vieaux à la bouch’rie,
Et, pour calmer leu’s pleurnich’ries
Qu’mes carress’s peuv’nt pas arrêter,
J’dis à tout’s les mauvais’s figures,
J’dis à tous les p’tits airs grognons ;
« Allons, v’aurez des confitures
Si vous pleurez pus, mes mignons ! » 

Ciclée= une fouettée
Guerner= Pour égrener

Licher=Pour lècher, boire, avaler
Ormouère= Armoire

 

 


L'Odeur du Fumier 


C'est eun' volé' d'môssieux d'Paris 
Et d' péquit's dam's en grand's touélettes 
Qui me r'gard'nt curer l'écurie 
Et les "téts" ousque gît'nt les bêtes : 
Hein ?... de quoué qu'c'est, les villotiers, 
Vous faisez pouah ! en r'grichant l'nez 
Au-d'ssus d'la litière embernée?... 
Vous trouvez qu'i' pu', mon feumier? 

Ah ! bon guieu, oui, l' sacré cochon ! 
J'en prends pus avec mes narines 
Qu'avec les deux dents d' mon fourchon 
Par oùsque l' jus i' dégouline, 
- I' pu' franch'ment, les villotiers ! 
Mais vous comprendrez ben eun' chouse, 
C'est qu' i' peut pas senti' la rouse ! ... 
C'est du feumier... i' sent l' feumier ! 

Pourtant, j'en laiss' pas pard'e un brin, 
J' râtle l' pus p'tit fêtu qu'enrrouse 
La pus michant' goutt' de purin, 
Et j' râcle à net la moind'er bouse ! 
- Ah ! dam itou, les villotiers, 
Malgré qu'on seye en pein' d'avouer 
Un "bien" pas pus grand qu'un mouchouer, 
On n'en a jamais d' trop d' feumier ! 

C'est sous sa chaleur que l' blé lève 
En hivar, dans les tarr's gelives ; 
I' dounn' de la force à la sève 
En avri', quand la pousse est vive ! 
Et quand ej' fauch' - les villotiers ! 
Au mois d'Août les épis pleins 
Qui tout' l'anné' m' dounn'ront du pain, 
Je n' trouv' pas qu'i' pu', mon feumier ! 

C'est d' l'ordur' que tout vient à nait'e : 
Bieauté des chous's, bounheur du monde, 
Ainsi qu' s'étal' su' l' fient d'mes bêtes 
La glorieus'té d'la mouésson blonde... 
Et vous, tenez, grous villotiers 
Qu'êt's pus rich's que tout la coummeune, 
Pour fair' veni' pareill' forteune 
En a-t-y fallu du feumier ! !! 

Dam' oui, l' feumier des capitales 
Est ben pus gras que c'ti des champs : 
Ramas de honte et de scandales... 
Y a d'la boue et, des foués, du sang !... 
- Ah ! disez donc, les villotiers, 
Avec tous vos micmacs infâmes 
Ousque tremp'nt jusqu'aux culs d'vos femmes... 
I' sent p'tét' bon, vous, vout' feumier?... 

Aussi, quand ej' songe à tout ça 
En décrottant l' dedans des "téts" 
J' trouv' que la baugé' des verrats 
A 'cor comme un goût d' properté ! 
Et, croyez-moué, les villotiers, 
C'est pas la pein' de fèr' des magnes 
D'vant les tas d'feumier d' la campagne : 
I' pu' moins que l'vout'... nout' f
eumier ! 
  Embernée = Remplie de fiente, d'excréments et de purin. 
Enrrousser = Arroser. 
Fient = Le fumier gras, imbibé de purin et d'excréments (rapprocher fiente). 
Gelive = Qui gèle facilement. 
Magnes = Des manières affectées, ridicules. 
Pequit = Petit. 
R'gricher = Relever les narines, les oreilles avec dégoût, méfiance ou peur. 
Tét = L'étable, la porcherie de dimensions réduites (vient de " toit "). 
Villotiers = Habitants des villes.